Siwa, carnet de voyage d’Alain Burosse, d’Alain Burosse

siwa-DVDFiche technique :

Titre : Siwa, carnet de voyage d’Alain Burosse

Sous-titre : Il était une fois le mariage entre hommes en Egypte

Réalisé par Alain Burosse

Année : 2012

Il existe, à la frontière entre l’Egypte et la Lybie, une petite oasis, aujourd’hui appelé Siwa. Ce lieu est réputé pour avoir abrité, jusque dans les années 1920, une coutume très notable : celle du mariage entre hommes, dans des cas bien précis. Cette pratique aurait officiellement disparu aujourd’hui… Quoiqu’il en soit, dans le cadre de la série d’émissions « Voyage Voyage » d’Arte, Alain Burosse s’y est rendu, soi-disant pour enquêter sur cette coutume…

Oui, vous avez bien lu : « soi-disant » pour enquêter. Car en réalité, de cette coutume du mariage entre hommes, on n’apprendra strictement rien, dans ce documentaire. Le sous-titre est même carrément mensonger, à tel point la démarche du réalisateur est ailleurs. Il y est question de sa propre quête personnelle, de son deuil, finalement… Alors, pourquoi en parle-t-on ici, me direz-vous ? Tout d’abord pour vous signaler de manière introductive l’existence de ce lieu qu’est Siwa. Car à bien des niveaux, cet oasis semble particulièrement intéressant. Parce que c’est là que se trouve le temple d’Ammon, où siwa-DVD-paysageAlexandre le Grand alla consulter l’oracle. Oui, Alexandre, cet empereur connu pour son intérêt très particulier pour les hommes. Parce que cet oasis semble se situer à un endroit aussi fluctuant qu’éphémère. Et surtout, parce que cette pratique du mariage entre hommes ne semble pas du tout anodine. Elle était en effet réservé aux zaggalah, sortes d’ouvriers agricoles qui avaient pour mission de surveiller, de nuit, les jardins. En fait, si vous lisez la présentation officielle du DVD, vous apprendrez à peu près tout ce qu’il y a tirer d’intéressant du documentaire. Le reste n’est qu’images et esthétisme, souvent assez inutile, limite voyeuriste (si bien que dans les commentaires, le réalisateur va même jusqu’à se justifier, bien mal à l’aise, qu’il n’est pas venu à Siwa pour faire du tourisme sexuel… Etait-ce vraiment nécessaire de le préciser ?!). Au moins, l’auteur se sera fait sa propre thérapie… Heureusement, les différents sujets filmés savent garder leur dignité, et font preuve de prestance. On sent, entre tous ces hommes, beaucoup de fraternité, de pudeur et d’intimité.

De tout ça, on retiendra également une scène. Celle où les hommes d’une famille se retrouve autour d’un ancien, pour chanter, tous ensembles. Il se dégage de ces chants quelque chose de profondément authentique, mais aussi de pudeur. Mais l’absence totale (volontaire ?) de traduction ne permet pas de parfaitement en saisir la portée. Alors, il faudra se contenter d’écouter, de se laisser porter par ces voix, portées par les battements lancinants et méditatifs des tambours qui les accompagnent…

siwa-DVD-chants

Un mot très rapides sur les bonus, qui s’avèrent complètement futiles et superficiels, faussement artistiques et relèvent de la perte de temps…

Conclusion : l’oasis de Siwa est un lieu particulièrement passionnant, mais ce DVD, malgré son sous-titre prometteur, n’apportera finalement pas grand chose à celui qui le visionnera. Le documentaire a au moins le mérite d’esquisser l’ambiance du lieu, de faire un poil voyager, en donnant envie d’en apprendre plus sur le sujet… Mais n’attendez pas plus, et surtout, ne vous fiez pas aux présentations officielles mensongères : de cette tradition du mariage entre hommes, vous n’en saurez pas plus qu’au début !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *